Escadron BRAVO & Cie

Escadron BRAVO & Cie

Alerte réelle?

C’EST LA GUERRE ?                                                                               en Word

 

Quand nous entendons parler de la guerre froide, il est bien évident que pour nous, anciens du 4° Chasseurs à Cheval cela revêt à juste titre une importance particulière alors que pour la majorité de la population ça n’évoque malheureusement rien.

 

Nous vivions pourtant à cette époque sous la menace constante des forces du pacte de Varsovie constituées de moyens puissants et bien entraînés que nous apprenions à combattre.

 

Au jour le jour nous faisions notre métier de militaire mais souvent j’entendais certains douter de notre capacité de résister à cette masse que « l’on »  disait invincible et ne chiffraient qu’en minutes notre temps de survie après l’attaque.

D’autres me disaient qu’en cas d’alerte réelle ils prendraient leur voiture pour fuir et sauver leur pauvre peau.

 

Comme tous les samedis midi, un test de la sirène d’alerte avait lieu, cette routine était connue de tous même des habitants d’Arnsberg.

Les alertes étaient fréquentes à cette époque durant parfois 72 heures cependant un jour  l’incroyable se produisit.

Le samedi 23 février 1980 vers 14h00, la sirène retentit alors que je descendais de ma voiture étant invité chez un ami.

Les fenêtres s’ouvrirent et la stupeur dans notre cité militaire était palpable car jamais à ma connaissance, une alerte n’avait eu lieu un Week-end.

 

Après quelques instants je fus convaincu comme d’autres que l’alerte ne pouvait être que réelle et que nous allions sans doute partir au combat.

Les voitures BZ affluèrent au quartier leurs occupant se dirigeant  vers leur poste pour y effectuer des gestes maintes fois répétés en s’activant  au chargement de nos divers véhicules. Je dus constater que beaucoup de mes collègues étaient présents dont certains comme moi ayant enfilé leur tank suit sur leurs habits civils.

 

Après un temps indéfini, nous reçûmes l’ordre d’aligner les véhicules avec leurs équipages devant les garages.

On nous annonça que le ministre de la défense en personne allait passer les troupes en revue et qu’il s’agissait en fait d’évaluer le degré de disponibilité de l’armée en cas de menace inopinée.

 

Il sembla qu’après une discussion entre membres du gouvernement, l’un d’entre eux aie mis au défi le ministre de la défense sur ce point.

Au final seul deux unités avaient été désignées pour ce test : le 4°Chasseurs à Cheval  et une unité stationnée à Braschaaat, les résultats étaient surprenants car nous affichions une présence de 75%  contre 4% en Belgique.

Les personnes n’étant pas à leur poste étaient en permission  et quasi aucun n’avait faillit à sa tâche malgré le beau temps.

 

Depuis lors je n’entendis plus jamais quelqu’un me dire qu’il ne ferait pas son boulot face à la menace et la vie a continué jusqu’à l’effondrement du bloc de l’Est en 1989/90 mais sans doute que peu ont alors compris que c’était grâce à eux.

 

CENIER Maurice 15 juin 2013      



20/09/2013
16 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 193 autres membres