Escadron BRAVO & Cie

Escadron BRAVO & Cie

La mémoire dans la pomme

La mémoire dans la pomme            en Word       en Pdf

 

 

Arrivant à Arnsberg ce 03 novembre 1975,  je suis dirigé vers l’escadron « B » où il m’est indiqué que je vais rejoindre le premier peloton comme one/one.

Mon après-midi est déjà bien remplie avec la réception de l’équipement de corps et de la reprise de tout l’OVM* de mon véhicule.

Après les premières présentations, je suis absorbé par l’ambiance et au fil des conversations je palpe déjà l’esprit du peloton.

Ils me font découvrir le garage où se trouve mon scimitar 65198.

Puis ils m’amènent dans une autre zone où je découvre un CVR-T très abimé, il est hérissé de branches, de feuilles d’arbre et plein de pommes mais le plus incroyable c’est son canon 30 mm plié au point de toucher la plage avant, c’est en fait le « frère » du mien le one/two 65199.

Mes nouveaux collègues ne manquent pas de me raconter la dernière aventure vécue une semaine plus tôt en exercice.

Voici ce que ma mémoire a retenu de leurs récits croisés :

 

Lors de l’exercice, le Bravo 1.2 déchenille dans un endroit difficile, l’équipage commence à « couper » la chenille mais rien ne va comme espéré et il semble qu’il sera assez malaisé de remonter la suspension.

Tout le peloton ne tarde pas à arriver et chacun y va de son idée pour aborder le problème mais il n’existe pas de solution miracle.

Une proposition d’enlever également l’autre chenille fait son chemin dans les esprits, mais le danger est que le véhicule dans cet état soit en roue libre.

La  décision collégiale est prise quoique le terrain en pente légère impose de bloquer les roues de routes à l’aide de quelque cailloux ce qui ne tarde pas à être réglé.  

Yves s’installe au poste chauffeur pour le démontage mais aussi pour éviter de faire encourir un risque à d’autres.

Après avoir été dépourvu de sa deuxième chenille le véhicule commence à bouger sans qu’aucun ne s’en émeuve puisque les cailloux devraient suffire.

Cependant, ceux-ci  censés retenir les 8 tonnes du CVR-T se laissent aller sous les yeux médusés de tous et s’amorce alors une course folle.

Yves toujours à bord, sent bien que la vitesse augmente dangereusement mais de plus il observe dans les rétroviseurs le sommet d’un arbre laissant supposer la présence d’un énorme creux.

Sa décision de quitter ce fer à repasser hors de contrôle est salutaire car tandis qu’il roule au sol le scimitar percute et arrache un pommier puis saute le relief escarpé et tombe tourelle en bas pour s’écraser dans le champ en contrebas.

 

Le résultat trône  devant moi et j’ai même l’impression que la tourelle en a pris un coup.

Déclaré irréparable et évacué nous finirons par recevoir un véhicule tout neuf « 65272 » au sein du peloton.

 

Cet incident agira pour moi tout au long de ma carrière comme une mise en garde incitant à la prudence à l’égard des matériels lourds que nous mettions en œuvre.

 

 

CENIER Maurice 09/09/2018

 

 

 

*Outillage et matériel



09/09/2018
10 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 188 autres membres